BÉNÉFICIEZ D’UNE AIDE DE L’ÉTAT POUR RÉNOVER VOTRE LOGEMENT

Le prix du foncier est cher, et pour ne rien arranger les démarches administratives pour faire


construire sont tellement compliquées, que les notaires de l’Ouest considèrent qu’il est parfois plus

rentable de rénover de l’ancien. Les Français ne le savent pas, mais ils bénéficient de plusieurs aides

de l’État pour effectuer des travaux dans leur résidence principale. Taux zéro, crédit d’impôt et prêt

immobilier couvrant la totalité du projet, voici comment financer des travaux dans un logement.

Jusqu’à 30 000 € avec l’éco prêt à taux zéro. Cette aide de l’État s’adresse autant aux propriétaires

occupants, qu’aux bailleurs.

Si le dispositif n’est en revanche pas disponible pour une résidence secondaire, il permet

d’emprunter jusqu’à 30 000 €, que l’on remboursera sans intérêt. Les copropriétés ne sont pas

écartées, chaque logement pouvant bénéficier de 10 000 € à 30 000 €, selon le nombre d’actions de

travaux votées par l’assemblée générale des copropriétaires. De quoi poser des fenêtres et portes

étanches à l’air, de quoi aussi isoler les combles ou le plafond.

Le premier pas consiste à faire appel à un prestataire titulaire du label RGE (Reconnu Garant de

l’Environnement), dont on peut consulter l’annuaire ici. Il est bien entendu recommander de

s’adresser à plusieurs professionnels, de manière à comparer les devis. Le propriétaire pourra choisir

entre une combinaison de travaux ou de pose d’équipements inclus dans une liste, ou bien une

performance énergétique globale à la fin du chantier. On pourra ainsi remplacer les parois vitrées,

isoler la toiture et/ou les murs extérieurs, ou encore ajouter des équipements de production de

chauffages à énergies renouvelables. L’éco prêt à taux zéro se demande auprès de sa banque, il peut

être complété par un prêt immobilier classique, et surtout les ménages aux revenus limités peuvent

le cumuler avec le crédit d’impôt. En dehors de cela un ménage de primo accédants peut acheter de

l’ancien à rénover grâce à un PTZ+, et bénéficier en supplément de l’éco PTZ. Lorsque l’on dispose

d’un petit capital, il peut être plus intéressant de le placer dans la rénovation énergétique de son

logement, plutôt que dans une assurance-vie.

investissements-conseil.fr met à votre disposition nos partenaires. Un conseiller vous

rappellera gratuitement ecoprime.fr

 

Tout d’abord les économies d’énergie réalisées peuvent faire baisser la facture du foyer, davantage

que n’augmenterait le pécule avec les rendements versés par sa banque. Mais ensuite l’État prévoit

un dispositif de crédit d’impôt, pouvant atteindre 4800 € pour un couple sans enfant, effectuant des

travaux de rénovation énergétique de 16 000 €. Plus précisément, le cadeau fiscal se monte à 30 %

des dépenses engendrées, avec des plafonds variant selon que l’occupant soit seul, en couple, avec

ou sans enfants à charge. Et que se passe-t-il si le crédit d’impôt est supérieur à l’impôt payé ? C’est

simple, le reliquat est déduit de la prochaine facture fiscale de l’intéressé. Le dispositif est accessible

aux propriétaires occupants et locataires. Ces derniers peuvent d’ailleurs s’entendre avec leur

bailleur pour payer leurs travaux de leurs propres deniers, et obtenir un rabais sur les prochains

loyers jusqu’à ce que la dépense soit amortie. Les banques adaptent leurs formules de financement

Lorsqu’un couple de locataires achète une maison avec travaux, ils ne pourront l’occuper qu’à la fin

du chantier. Il peut donc être difficile de cumuler leur propre loyer avec les mensualités de leur prêt

immobilier. Les banques leur proposent donc plusieurs formules, dont la plus arrangeant est

certainement le report des mensualités à la remise des clés. Dans cette configuration les

emprunteurs ne commencent à rembourser leur banque que lorsqu’ils ont quitté leur ancien

logement. Un procédé pratique mais qui a un coût, sous la forme d’intérêts intercalaires qui viennent

s’ajouter à la dette. Beaucoup de ménages choisissent la formule du relâchement progressif des

fonds. La banque accorde le prêt immobilier, et libère une partie du budget en fonction des appels de

fonds des prestataires. Là encore plusieurs formules sont possibles, soit les emprunteurs

commencent à amortir à chaque virement, soit ils ne payent que les intérêts intercalaires, et ne

commenceront à payer les mensualités de la partie travaux que lorsqu’ils pourront enfiler leurs

charentaises.

Source : www.lesclesdumidi.com

Un devis gratuit ecoprime.fr

 

NOTRE MÉTIER, VOUS CONSEILLER

 

BÉNÉFICIEZ D’UN CONSEIL GRATUIT EN FISCALITÉ DES PARTICULIERS

 

 

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.