Financement PME : imputer ses pertes à ses gains à partir de 2016

En octobre 2014 un prêt révolutionnaire a permis enfin d’ouvrir une brèche dans le monopole bancaire en permettant aux investisseurs privés de se connecter à des plateformes et ainsi prêter en direct à des PME qu’ils choisissent. C’est là qu’est né en France le principe de prêt d’argent aux PME via des crowdfunding sur des plateformes comme Lendix.


Evidemment, ce placement est risqué dans la mesure où l’investisseur peut perdre de l’argent. En effet, la PME peut déposer le bilan et ne pas être en mesure de rembourser son emprunt. Toutefois, chaque mois la PME rembourse ce qui lui a été prêté ce qui limite le risque.

Notons qu’il est conseillé d’investir à minima dans une cinquantaine d’entreprises afin de privilégier la diversification comme le précise les professionnels du placement tel que le président de Lendix, Olivier Goy. Persiste tout de même le risque de perte, d’autant que lorsque la société a un bilan positif, l’investisseur gagne de l’argent imposable. Autrement dit, actuellement, quand on gagne de l’argent on paye des impôts (logiquement) mais lorsqu’on en perd, en revanche, il n’y a pas la possibilité de le déduire fiscalement.

C’est là qu’entre en jeux la réforme fiscale ! A partir du 1er janvier 2016, un miracle va se produire. Cette grande avancée a été votée mardi soir à l’Assemblée Nationale : un amendement qui stipule une fiscalité équitable pour ceux qui prêtent de l’argent à des PME. Par conséquent, lorsque vous aurez fait des pertes, vous pourrez les imputer sur vos gains. Concrètement, si vous constatez une perte sur un prêt donné, cette dernière pourra être reportée pendant 5ans en avant sur des autres gains faits en prêtant de l’argent aux PME.

En conclusion, cette réforme révolutionne le prêt à la PME. Son principe é été amorcé il y a un an et vient dans ce système telle la brique qui manquait pour faire construire un édifice.

 

 

Safia K. pour Investissements Conseil

Pour bénéficier de conseils gratuits et avisés, il vous suffit de nous contacter.

bouton cliquez ici

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Cet article a 3 commentaires

  1. Marc Antoine Reply

    Je trouve ça trop risqué! même les grosses boites n’arrivent plus à tenir le coup de nos jours! alors investir dans une PME… certainement pas! en plus les gains sont imposables!!

  2. Anais.Langlade Reply

    Ils feraient mieux de défiscaliser les prêts s’ils veulent pousser les gens à investir! déjà que les banques ne prettent plus…
    Néanmoins, la réforme reste avantageuse pour le preteur qui finalement n’aura pas à travailler. Risque à prendre mais je sais pas si je le prendrais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.