Frais de tenue de compte : comment les banques se refont une santé sur le dos de leurs clients

En cinq ans, les frais de tenue de comptes des clients des banques françaises ont presque triplé, a calculé Panorabanques. Quasiment inexistants il y a dix ans, ils touchent désormais 9 clients sur 10 et atteignent 18,50 euros par an en moyenne.


En l’espace de 5 ans, les frais de tenue de comptes des clients des banques françaises auront quasiment triplé, a calculé le comparateur Panorabanques. Rares il y a dix ans, ces frais concernent aujourd’hui neuf clients sur dix et atteignent 18,50 euros par an en moyenne. L’an dernier, ils ont augmenté de 2,2%, après une flambée de 11% en 2017 et de… 77% en 2016! Au total, les Français auront payé l’an dernier en moyenne 194 euros pour un nombre de services (très) réduits : l’accès à leur compte, la possibilité de faire des retraits et d’utiliser un découvert, et l’octroi d’une carte bancaire. Là encore, forte hausse, deux fois plus importante que celle du coût de la vie. Une hausse très organisée…

Pourquoi cette hausse?

Car, sur le plan comptable, cette hausse est totalement injustifiable : rien dans les prestations n’a vu son coût augmenter aussi vite que le prix qui leur est attaché. On se demande ainsi ce qui justifierait que les virements occasionnels en agence aient augmenté d’une année sur l’autre de 40% au Crédit du Nord où ils sont ainsi passés de 4 euros à… 7 euros. Pour comprendre, il faut chercher du côté de… la baisse des taux. Avec des taux d’intérêt proches de zéro, les banques ne peuvent plus placer les dépôts de leurs clients sur les marchés obligataires. Gérer ces avoirs ne leur rapporte plus rien et, bien souvent même, cela leur coûte de l’argent! Elles ont aussi beaucoup profité de leurs belles marges sur le crédit immobilier, ou elles gagnaient, naguère, un peu moins d’un point sur leurs prêts. Mais comme les taux des crédits immobiliers sont passés de 5,6 à 1,65% en dix ans, elles ont vu leurs marges suivre et fondre.

Pour compliquer le tout, elles ont dû faire face à d’immenses et de coûteux chantiers de modernisation, liés à la régulation européenne… Bref, les nuages s’accumulent et cela se voit dans les comptes. A part les caisses régionales du Crédit agricole, dont les profits sont en hausse de 4%, tout le secteur a vu ses profits reculer. Légèrement comme pour BNP Paribas, en baisse de 3,1%. Plus fortement, comme pour la Société générale, dont les profits ont reculé de 27,6%. On ne va cependant pas verser une larme sur les comptes des banques : ils restent très bons. L’an dernier, les six premiers groupes bancaires français ont dégagé un total de 23 milliards d’euros de profits. Pas mal, non?

source: https://www.challenges.fr/finance-et-marche/banques/frais-de-tenue-de-compte-comment-les-banques-se-refont-une-sante-sur-le-dos-de-leurs-clients_574867

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.