La France et la Chine à la conquête du marché Africain

Avec un fond éminent de 300 millions d’euros, la France et la Chine s’apprêtent à créer une collaboration pour investir en Afrique et en Asie.
Lors de sa dernière visite à Paris le Vice-Premier Ministre de la République Populaire de Chine a renforcé les liens économiques qu’entretiennent La France et la Chine en approfondissant les portées de la coopération industrielle avec la France,  très fructueuse et fertile, en particulier dans les secteurs de l’énergie renouvelable, de la santé et des infrastructures. Cette action qui vient avec l’entrée du chinois CNNC au capital d’Areva promet beaucoup de changements à l’économie chinoise qui ,en directe relation avec l’économie Française via cette alliance ,promet un certain nombre de surprises.


Deuxième économie mondiale, la Chine perche seulement au 80ème  rang en termes de PIB par habitant, à 7.589 dollars par an, par rapport à la France qui se place au 20ème rang.
Un pays en pleine ascension économique, les acquisitions et investissements chinois en Europe et en France atteignent un record historique depuis ces dernières années, et la relation entre les deux pays se dirige vers une relation de mutuelle coopération et de réciprocité dans un terrain juteux où l’investissement est prometteur.
L’objet de cette alliance et ses fruits sont de taille côté Français, surtout économiquement, comme l’a fait savoir le diplomate Français : «La Chine est capable de proposer des montages financiers qui permettent de vendre des infrastructures à des prix abordables.L’idée est pour la France de se positionner avec son savoir-faire et ses technologies».
La Chine a engagé en Afrique 5 milliards de dollars en 2006, 10 milliards de dollars en 2009, et 20 milliards en 2012. Cette dernière compte sur l’expertise et le savoir- faire français pour affirmer sa présence en Afrique qui estun continent nouveau pour elle, mais qui ne l’est pas du tout pour la France.D’ailleurs, cette action est vue par une partie de la population africaine comme une nouvelle forme de colonialisme économique.
Au lieu de s’affronter sur un marché fructueux et productif, la France et la Chine décident de s’unir pour faire le plus de profit possible et écrire une nouvelle page dans l’histoire économique de deux pays très différents.

Auteur : Mehdi Mejri

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.