Les nouveaux défis que rencontre la finance solidaire

Au cours de ces cinq dernières années, les encours d’épargne solidaire  ont quasiment doublé, et ce n’est pas seulement ce qui a doublé, mais les défis qu’ils rencontrent aussi et doivent surmonter.
La finance solidaire est un domaine de gestion financière, un ensemble d’institutions qui appliquent les principes de l’économie sociale qui repose sur une épargne orientée vers des produits financiers solidaires, qui apporte des fonds à divers activités d’insertion sociale et environnementale tel que l’emploi, le logement, la protection de l’environnement etc. En d’autres termes, c’est une finance investie dans l’économie sociale ou solidaire, qui privilégie l’humain par rapport au capital.


L’économie sociale et solidaire rassemble à la fois des coopératives, mutuelles, associations, des syndicats et des fondations, des secteurs de plus que 10 % de l’emploi salarié.
Selon les dernières statistiques, plus de 27% des investissements vont à l’insertion pour l’emploi, alors que plus de 30% sont destinés à l’aide au logement contre 36%  pour l’environnement et un petit 5% pour la solidarité internationale.
Selon les dernières estimations, plus de 0.18% de l’épargne des Français est égale à 8.45 milliards d’euros d’encours, soit 23% comparé à l’année précédente. Ce qui représente également  une épargne solidaire dans l’épargne financière totale des ménages.
On trouve également dans les produits financiers des fonds solidaires dits 91/10 dont les encours sont généralement investis à un taux qui varie entre 5 e 10%, émis généralement par des entreprises d’insertion agréées.
Les organismes intervenant dans la finance solidaire assemblent des fonds auprès de personnes qui veulent faire travailler leur argent, ils joignent de la sorte leur épargne à une démarche solidaire pour créer d’innombrables opportunités à la fois pour eux et pour les autres.
Un des impacts les plus important de la finance solidaire ,c’est la création de plus de 30.000 emplois au cours de ces dernières années, et plus de 85 000 personnes exonérées du  bancaire qui bénéficient d’un prêt social et plus 85 projets en cours de création. Une finance pour tous, une finance pour tout. La finance solidaire peut être comparée à une bouée de sauvetage par plusieurs qui veulent faire plus de bénéfices et en faire en profiter d’autres.

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.