L’euro au plus haut depuis 2015 face au dollar

Mardi 29 août, la monnaie unique a atteint le seuil symbolique de 1,20 dollar. La reprise européenne, les doutes sur l’économie américaine et les tensions nord-coréennes alimentent son


Jusqu’où va-t-il monter ? Mardi 29 août, l’euro a franchi la barre de 1,20 dollar pour la première fois depuis janvier 2015. La devise européenne a même grimpé de 14 % face au billet vert depuis le 1er janvier, mais aussi de 8,9 % face à la livre sterling et de 6,16 % face au yen. La hausse a accéléré ces derniers jours, dans la foulée du forum économique de Jackson Hole (Etats-Unis) qui s’est tenu du 24 au 26 août. Les grands banquiers centraux s’y sont pourtant montrés avares en indices sur leur stratégie à venir.

Qu’importe : les marchés continuent de miser sur la hausse de la monnaie unique, pénalisant au passage les Bourses européennes, également plombées par la crise nord-coréenne. « L’appréciation de l’euro risque de se poursuivre : il pourrait grimper jusqu’à 1,30 dollar ces prochains mois », estime Charles-Henri Colombier, économiste chez Coe-Rexecode. Voici pourquoi.

Pourquoi l’euro monte-t-il ?

L’appréciation de la monnaie unique est d’abord une bonne nouvelle : elle signifie que la zone euro va mieux ! Alors qu’il y a un an la menace populiste et le choc du Brexit obscurcissaient l’horizon, le risque politique s’est dissipé dans l’union monétaire. Et tous les indicateurs économiques sont au vert : le taux de chômage a retrouvé son niveau de février 2009 (9,1 %), les carnets de commandes se remplissent, et la croissance devrait frôler les 2 % cette année.

Résultat : certains investisseurs délaissent leurs actifs en dollars pour les placer dans la zone euro, ce qui pousse la devise européenne à la hausse. Mais ce n’est pas tout. « L’euro est encore sous-évalué de 8 % face au dollar, mais il est aujourd’hui surévalué de 15 % face aux autres devises », estiment Bruno Cavalier et Fabien Bossy, économistes chez Oddo BHF, dans une note sur le sujet. Selon eux, cela signifie que la hausse de la monnaie unique tient également à la spéculation des marchés, convaincus – peut-être à tort –

Source: lemonde.fr

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.