Une rallonge de 170 millions d’euros pour le fonds France investissement tourisme de Bpifrance

Serge Mesguich, directeur du fonds France investissement tourisme (FIT), a présenté le 9 juillet un nouveau point sur la situation de ce fonds dédié au financement en fonds propres de l’industrie touristique et annoncé, après la mobilisation complète de l’enveloppe initiale, le principe d’une rallonge. Il intervenait devant la conférence annuelle du cabinet spécialisé Raffour Interactif. France investissement tourisme (FIT) est logé au sein de Bpifrance, filiale de la Caisse des Dépôts.


L’enveloppe initiale mobilisée en deux ans

Lors du précédent point, en septembre dernier, le FIT, créé en octobre 2015, avait déjà investi 53 millions d’euros dans une trentaine d’entreprises du secteur, avec un « ticket » (investissement initial) variant entre 0,5 et 5 millions d’euros (voir notre article ci-dessous du 13 septembre 2017). Le tout avec un fort effet de levier, puisque ces 53 millions investis avaient déjà permis aux entreprises concernées de lever environ 300 millions d’euros.
Dix mois plus tard, le FIT a mobilisé la totalité de sa dotation initiale de 100 millions d’euros. Ces premiers investissements ont bénéficié à trois types d’acteurs économiques du tourisme. D’une part, les start-ups et nouveaux concepts touristiques. D’autre part, les groupes traditionnels en phase de mutation. Enfin, les sociétés déjà installées, mais en croissance externe avec des besoins de financement.

Un investissement doublé d’un accompagnement

Devant cette rapide montée en charge, Serge Mesguich a annoncé la mobilisation d’une enveloppe supplémentaire de 170 millions d’euros. Le directeur du FIT a expliqué que « cette enveloppe nous emmène jusqu’en 2022. C’est comme un fonds successeur ».
Les cibles et les modalités d’intervention du FIT resteront les mêmes. Il s’agit en l’occurrence d’interventions en capital développement, avec prise de participation au capital de l’entreprise, en tant qu’actionnaire minoritaire. Les interventions se font en fonds propres ou quasi fonds propres (actions, obligations convertibles…).
L’originalité du FIT est qu’après son investissement, Bpifrance est généralement associée à la gouvernance de la société (conseil de surveillance ou conseil d’administration). Au-delà du capital, cette présence au cœur de l’entreprise permet ainsi à Bpifrance de proposer à l’entreprise « un accompagnement du management, un réseau de contacts pertinents, et une connaissance approfondie du secteur et de ses enjeux ».

Un fonds dédié pour les hébergements marchands, un autre pour la restauration

Le FIT n’est pas l’unique forme d’intervention de Bpifrance et de la Caisse des Dépôts dans le financement de l’industrie touristique. Bpifrance gère également les « prêts hôtellerie ». D’un montant de 30.000 à 400.000 euros, ils s’adressent aux PME indépendantes du secteur : hôtellerie, tourisme social (villages et centres de vacances), exploitation de terrains de camping, caravaning et parcs résidentiels de loisirs… Ces prêts visent les PME créées depuis plus de trois ans, bénéficiaires et en croissance. Ils sont destinés à financer des travaux de rénovation, d’extension ou de mise aux normes, ainsi que des dépenses liées à l’amélioration du service au client (formation, documentation commerciale, site internet…). A noter : les hôtels dont la classification après programme n’excède pas 4 étoiles bénéficient d’un taux privilégié, grâce à un partenariat entre la Caisse des Dépôts et Bpifrance.
Dans le même esprit, les « prêts restauration » (jusqu’à 600.000 euros) financent la reprise d’un fonds de commerce accompagnée d’une modernisation, mais aussi différents types d’investissements, comme ceux ayant un impact sur l’amélioration de l’hygiène alimentaire, l’accessibilité et l’accueil de la clientèle, la mise aux normes de sécurité, la formation du personnel, la promotion du savoir-faire et des démarches qualité…

Source : https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250281445542

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.